ALFONSO

Alfonso est né en 1937 dans le canton de Questembert, ....

...d’une famille modeste et besogneuse où depuis des lustres on enseigne, dès l’âge de raison, que le gaspillage est a proscrire, que gaspiller équivaut à commettre un péché, beaucoup d’hommes et femmes de cette génération ont été élevés dans cet état d’esprit. Pourquoi jeter, quand çà peut encore servir ! Toute sa vie Alfonso aura cette recommandation en tête, il quittera un jour le canton de Questembert pour rejoindre celui d’Elven depuis qu’un jour, au retour de sa guerre d’Algérie, son regard aura croisé celui de Mado et que ça a fait,,, TILT ! Mado est fille unique, leur union sera célébrée dans la magnifique église d’Elven, et c’est là qu’ils vont construire leur nid. Alfonso ne rechigne pas à la tache, il est travailleur et bricoleur, il adore travailler le bois, la maçonnerie et autres. Il fait les trois 8 chez MICHELIN à Vannes. Cela lui permet d’avoir du temps libre, tous les jours il passe devant un terrain communal où des artisans viennent y déposer divers matériaux destinés à être jeté à la poubelle. Un jour, Alfonso aperçoit un joli tas de parpaings, qui attend l’arrivée du bulldozer. Il passe tous les mois nettoyer l’endroit de tous ces gravats, les parpaings sont propres à une réutilisation. Alfonso se souvenant de l’éducation parentale, décide d’aller les récupérer. Il possède une petite camionnette genre « fourre tout », il en parle à son voisin qui accepte de lui donner un coup de mains pour charger le précieux lot de parpaings. Alfonso a déjà cultivé l’idée de construire un petit cabanon au fond de son jardin avec cette récupération, Un rendez-vous est fixé pour effectuer un premier chargement. Celui-ci se déroule sans problème, quand arrive la voiture des gendarmes. Ils effectuent une randonnée de routine, Alfonso, sur ses gardes, les a aperçus de loin. Pris de panique il dit à son collègue, on arrête et on fait le geste inverse, on vide la camionnette, les gendarmes arrivent à leur hauteur,
-  “Bonjour messieurs que faites-vous là ?”
-  “On décharge des parpaings sur le terrain communal”
-  “Vous êtes artisans ?”
-  “Non ! Cet endroit est uniquement réservé aux artisans, alors vous allez charger tout votre tas de parpaings et le ramener chez vous !”
-  “Ah bon, on ne savait pas, excusez nous , on va les enlever !”

le kanak 06/07 2014

22/23

histoires : 1.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.13.14.15.16.17.18.19.20.21.22.23.