LA PREMIÈRE FÊTE DE LA MORGATE.....

C’est après la guerre 39/45 que la pêche à la morgate a vraiment démarrée,....

...... auparavant seuls quelques « caseyeurs » mettaient 4/5 casiers à l’eau afin de l’utiliser comme boètte ’ appat’ pour pêcher des crabes voir des congres qui en étaient très friands, il n’était pas rare d’avoir des difficultés à amener le casier à bord tellement il était plein ! Après la Ponte toutes les cotes de Séné étaient envahies de cadavres de morgates ! Cela dégageait une odeur pestilentielle qui incommodait tous les riverains.

En 1948 une certaine Mme Plumet mareyeur à Lorient chargea Mme Ange Richard de Cadouarn d’acheter les morgates entières, elles étaient mises dans Des caisses en bois sur lesquelles on clouait un couvercle avant de partir direction Lorient, puis l’Europe !

Par la suite d’autres mareyeurs s’intéressèrent à ce mollusque que beaucoup considère comme un poisson, cette appellation évita un procès à un pêcheur de Séné qui les pêchait à la drague, donc autorisé avant... ! L’arrivée du Japon sur le marché vint concurrencer les pays européens, l’Espagne surtout, dès lors les prix augmentèrent, le nombre de casiers aussi, environ 300 par bateau, l’un d’eux, plus gourmand, en possédait 500, chiffre qui l’amenait à ne plus savoir ou ils étaient. Si chez nous la pêche à la morgate se pratique exclusivement aux casiers et aux filets dit trémail , il existe un coin d’Indonésie ou elle est pêchée d’une façon spectaculaire , amusante et très efficace , imaginez une embarcation ayant sur le coté un petit tapis roulant à demi immergé et actionné par une manivelle, une dame morgate est fixée sur le tapis qui l’entraine dans la mer avant de refaire surface et ainsi de suite, un tourner- manège qui a pour but de voir ces messieurs "en plein rut" venir offrir leur semence à la belle, malheureusement pour eux, une fois arrivé sur le bord du bateau ils se retrouvent en fond de cale pendant que madame repart offrir ses charmes aux cons qui attendent leur tour !

La campagne de la pêche à la morgate est toujours attendue avec impatience, il n’était pas rare d’entendre dire … que grâce à ma saison de morgates, j’ai remboursé mes emprunts et put acheter du matériel neuf, moteur / filets etc…, une bonne saison pouvant sauver une année !

Un mareyeur de VANNES originaire de Séné " Michel Pierre "décida un jour de terminer la saison par un repas champêtre, un pêcheur "André Le RAY", mis pour l’occasion un terrain lui appartenant dans Le village de Cariel, un bel endroit face à la Mer, les pieds dans l’eau pour un repas sans eau ! Ce fut une fête Pantagruélique et Gargantuesque… Inracontable, ce fut tard dans l’après midi ou tôt dans la soirée que les convives rejoignirent leur domicile en tirant des bords pour remonter ce putain vent du vin LA PREMIÈRE FÊTE DE LA MORGATE VENAIT DE VOIR LE JOUR !

Le Kanak

1/22 suite.

histoires : 1.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.13.14.15.16.17.18.19.20.21.22