PIERROT- UN POT POUR LE "REVENU"

12 octobre 1941, nous sommes au lieu-dit " Éscobès " situé sur la commune de l’île d’Arz. Trois ouvriers ostréicoles vaquent à leurs occupations ....

sur les parcs à huitres de Joseph Gouser, leur employeur. Au loin, ils entendent un bruit bizarre, un bruit de moteur, atteint d’arythmie cardiaque, il s’agit d’un avion qui vient droit sur eux, il vole bas, très très bas. La fumée sort de ses moteurs et tel un oiseau blessé, il bat de l’aile. « Doit avoir du plomb dedans ! », il s’abat avec fracas, à un jet de pierre de leur embarcation. La mer a amorti la chute mais le choc reste violent. Cet avion est allemand, il a été blessé par un confrère de la Royal Air Force, lors d’une sortie commune, en l’air. Un chasseur “ Spitfire “ qui, après lui avoir courtoisement dit : « Welcome », l’a copieusement arrosé avec un plomb, calibre 12/7, avant de lui lancer, un tout aussi courtois, « Go Home ! »

N’écoutant que leur courage, les 3 spectateurs sautent dans leur embarcation pour porter secours aux malheureux aviateurs, avec qui nous sommes en guerre, faut faire vite car l’avion peut exploser à tous moments. Opération réussie à 100°/°, ils sauront tous sauvés. Parmi les sauveteurs, 2 femmes de l’île d’Arz et un sinagot du village de Cariel, appelons Ange, il fait partie de la fratrie des " tebedo ", à cet instant, ils ignorent tous les 3, que parmi les aviateurs allemands se trouve le capitaine Goering, neveu de l’illustre maréchal portant le même nom et bras droit d’Hitler.

Un tel acte de dévouement, méritant d’être récompensé, les autorités allemandes organisent en témoignage de gratitude une réception à la mairie de Vannes. Les femmes de l’île d’Arz, ont pour l’occasion, revêtues leur plus beau costume breton, avec coiffe et tout et tout… La kommandantur demande à chacun, de donner le nom d’un français prisonnier en Allemagne, afin de le libérer sur le champ. Ange donne le nom d’un copain du village de Gornevez en Séné, appelons le " Pierrot ". La nouvelle arrive à la vitesse du son dans la famille de Pierrot, elle veut, sitôt son arrivée, payer un pot pour le « revenu », tout le village est invité. Les jours passent et toujours pas de Pierrot à l’horizon ! On se renseigne, les autorités allemandes confirment la libération d’un sinagot, appelons le "Fernand " de la fratrie des « tebedo ». La famille de Pierrot est effondrée, après l’espoir, le désespoir, si erreur il y a, elle est calculée, le sang de la fratrie a parlé. Pierrot retrouvera son village en 1945, un pot pour le « revenu » sera offert, 4 ans plus tard !

C’est donc Fernand qui sera libéré, il rejoindra Séné en 1945 lui aussi. Entre temps il vivra à Paris. Lors de sa libération il arriva à la gare de l’Est, charge à lui de rejoindre celle de l’Ouest pour rejoindre Vannes. A Paris, Fernand a beaucoup de parents et amis sinagots, il décide d’aller les visiter. Il niche et picore ici et là. Fernand a une secrète attirance pour tout ce qui est cigarettes et petites pépées. A Paris, il a l’embarras du choix, vu qu’il est beau garçon ! A la libération il reviendra à Séné présenter l’élue de son cœur, ils passeront leurs vacances dans le village de Cadouarn et feront carrière dans la capitale.

Le temps a passé, pour la famille de Pierrot, le buvard a épongé, mais la trace est restée

Le kanak 05/07/2014

PNG - 265.1 ko
Article Capitaine Goering

Pour compléter le sujet sur l’avion Allemand tombé dans le golfe du Morbihan à l’ile d’Arz.... [1]

.....C’est bien le capitaine Goering, neveu du maréchal, qui a fait le discours à la mairie de Vannes, les archives de l’INA l’attestent par contre sa présence dans l’avion, un Heinkel HE111 H3 est douteuse à mon avis étaient présents à bord Friedrich DOUCHA, August SCHELSCHMIDT et Martin HARLINGHAUSEN un as de la LUFTWAFFE qui était le chef du Fliegerfurher Atlantik, il y eut 2 blessés dont HARLINGHAUSEN qui fit trois mois d’hôpital, le jour de l’incident est le 13 octobre 1941, ce même jour Peter GOERING un autre neveu du maréchal fut abattu dans son avion pendant la bataille d’Angleterre la propagande Allemande a immortalisé le discours et la remise de récompense l’INA a conservé le document (lien ci-joint)http://fresques.ina.fr/ouest-en-mem...

Pour clore le chapitre, ce n’est pas seulement une tournée qui avait été offerte par la fermière mais un cochon.............. en fait ce fut un beau tour de cochon !

21/22 suite.

histoires : 1.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.13.14.15.16.17.18.19.20.21. 22

Notes

[1] Remarque de L Brulais, Internaute Sinagot