UN DEUIL NATIONAL

Qu’elle s’allonge triste et lugubre la liste des défaites de la science et surtout celle de ses victimes ! Suivez :

8 février, 1905. – Perte du Sully dans la baie d’Along.

6 juillet 1905. – Naufrage du sous-marin Farfadet, 10 morts.

20 avril 1906. – Explosion à bord de la Couronne, 3 tués, 28 blessés.

17 octobre 1906. – Naufrage du sous-marin Lutin, à Bizerte, 14 morts.

12 mars 1907. – Explosion de l’Iéna, à Toulon, 118 morts

3 août 1907. – Explosion d’un canon, à bord de la Couronne  : 3 morts, 6 blessés

8 février 1908. – Une chaudière saute à bord de la Jeanne d’Arc, 14 blessés.

12 août 1908.- Explosion d’un canon à bord de la Couronne, 6 tués, 13 blessés.

22 septembre 1908. – Explosion d’un canon, à bord du Latouche-Tréville, 15 morts.

26 mai 1910. – Le sous-marin Pluviôse coule à Calais, 27 morts.

20 septembre 1911. – Explosion d’une gargousse à bord de la Gloire  : 9 morts, 7 blessés.

26 septembre 1911. – Le cuirassé Liberté explose et sombre. Son équipage est englouti. Les cuirassés Démocratie, Justice et Vérité comptent aussi de nombreuses victimes, au moins 204 morts et 136 blessés.

27 septembre 1911. – Les contre-torpilleurs Mousqueton et Trident se sont abordés au cours d’exercices. Le Mousqueton a sa chaufferie hors du service. Il a dû être échoué pour éviter qu’il ne sombre. Le bâtiment n’est plus utilisable. Le Trident a été ramené à Toulon, l’avant complètement tordu.

A la vue de ces désastres, nous ne pouvons que répéter les éloquentes paroles de Mgr l’évêque de Vannes.

"La désolation est immense sur nos côtes de Bretagne où se recrute le plus grand nombre de nos intrépides marins. Nous savons déjà que la Bretagne a la plus large part dans cette catastrophe. Une fois de plus, elle a donné le plus pur de son sang pour la France ! Elle ne le regrette pas ; Mais on ne peut pas lui reprocher de souffrir, à la pensée de tant de jeunes gens fauchés à la fleur de leur âge, à la vue de tant de foyers où ne reviendra plus s’asseoir le fils chéri dont on espérait le retour prochain...

O "Dieu, acceptez ce sang de vos enfants que vous avez voulu prendre ! Acceptez-le comme la rançon de nos fautes et, à cause de ces tendres victimes, faites cesser nos divisions et nos luttes, en rendant à la France l’esprit chrétien qui la sauvera !

"Vous prierez avec nous dans cette intention, en priant pour le repos de ces âmes, victimes de nos catastrophes nationales. La prière pour les morts peut bénéficier aussi aux vivants. Quand ces morts se sont déjà immolés pour la patrie, ils ne peuvent pas manquer de s’intéresser à elle près de Dieu."

***

Le jeudi, 5 octobre, à 10 heures, a été célébré dans la cathédrale de Vannes, un service solennel pour tous les marins décédés dans les catastrophes de la Gloire et de la Liberté.

Extrait du Bulletin paroissial de novembre 1911