UNE AME SAUVEE PAR LES TROIS AVE MARIA

JPEG - 92.7 ko
Les trois ave maria

Hérault, le 2 août 1908

Monsieur le Directeur,

« Dans le Propagateur des Trois Ave Maria du mois de juin 1908, j’ai lu l’article intitulé « Un Miracle de la grâce divine par les Trois Ave Maria, en l’honneur de Notre-Dame du Perpétuel Secours. » J’ai obtenu une grâce identique, avec la seule différence que je ne suis pas religieuse et que c’est à l’âge de 34 ans, il y a deux ans, que, par la pratique des Trois Ave Maria, je suis allée me confesser, comme je le devais, chose que je n’avais jamais faite de ma vie. Depuis mon enfance et jusqu’à cet âge de 34 ans, tout en me confessant et communiant assez souvent, je cachais des péchés graves, et surtout contre le VI ème commandement de Dieu. Après une année de la pratique des Trois Ave, je me suis enfin confessée, comme je ne l’avais jamais fait, sans rien omettre, et, depuis ce temps, je n’ai plus commis de péché mortel.

Afin de faire connaître la prodigieuse efficacité de cette pratique, je me suis décidée à vous prier de vouloir faire connaître cette grande grâce, pour remercier la Très Sainte Vierge, et pour confirmer, dans cette sainte pratique, les personnes qui ont cette dévotion.

J’espère, Monsieur le Directeur, que ma demande sera favorablement accueillie… »

L. A.

N.B. – Certes, voici un témoignage qui vaut mieux que tous les discours, pour montrer l’efficacité exceptionnelle de notre sainte pratique, pour la conversion et la sanctification des âmes.

Et cependant, ce n’est là qu’un exemple entre dix mille. Voilà pourquoi, tous les fidèles devraient observer cette sainte dévotion, et tous les prêtres la recommander aux âmes qui leur sont confiées, comme Sainte Alphonse de Liguori, dans ses avis aux prêtres, le leur demande formellement. Si tous entraient dans cette voie, que de péchés de moins seraient commis, que d’âmes de plus seraient sauvées pour l’éternité.

F. J.-B.

Extrait du Propagateur des Trois Ave Maria de 1908